vendredi 30 septembre 2011

Germany To Leave The Euro?

Une véritable épidémie dans la presse internationale ...

The Market Ticker écrit:
I don't usually write on rumors, but this one simply will not go away.

Edit 20:00: L'épidémie continue ...

HOT: Berlin Currency Talks
Put this down in your notebook under: curious.

Yesterday, I reported that the insider Philippa Malmgren was speculating that Germany is printing up marks to prepare for an exit from the euro.

Now, Bloomberg is reprorting:

French Finance Minister Francois Baroin and German Finance Minister Wolfgang Schaeuble will attend talks on currencies in Berlin on Oct. 6, the German government said today at a press conference.
The talks will also be attended by Christine Lagarde, managing director of the International Monetary Fund, European Central Bank President Jean-Claude Trichet, Chancellor Angela Merkel, World Bank President Robert Zoellick and Angel Gurria, secretary general of the Organization for Economic Cooperation and Development.

As Hans Palmstierna writes to me in an email:
France+Germany+World Bank+IMF+OECD - what could they possibly have to discuss about currencies?
I thought there was only one currency in Europe these days. What's with the plural?

Germany will leave the euro, says leading commentator
The Eurozone crisis will end up with Germany quitting the common currency says economic commentator Philippa Malmgren of Principalis.

‘My view is that it is Germany that will have to pull out of the euro,‘ said Malmgren, speaking at Threadneedle Investments’ European conference in London on Thursday. ‘The decision has already been made by the government that leaving the euro is a possibility.’

‘I think they have already got the printing machines going and are bringing out the old deutschmarks they have left over from when the euro was introduced.’ [...]

Un peu de théorie, pourquoi quitte t-on une union monétaire:
Checking Out: Exits from Currency Unions PDF, 21 pages

DEVISES/L'euro glisse sous 1,35 dollar, inquiétudes sur la zone euro l'emportent

Londres (awp/afp) - L'euro accentuait son recul vendredi, s'enfonçant sous le seuil de 1,35 dollar, dans un marché nerveux dominé à nouveau par les inquiétudes sur la crise des dettes souveraines en zone euro et les incertitudes persistantes sur la situation de la Grèce.[...]
Romandie News

"Investissez dans les produits alimentaires de base" ...

... conseille l'analyste australien Satyajit Bas. Pour lui il y a 3 vérités:
1) Pour les marchés il est clair que derrière les coulisses, l'Europe se prépare au défaut de la Grèce, et que Irlande et Portugal suivront.
2) Cela va conduire à d'énormes pertes pour les banques
3) Il est temps de se préparer aux niveaux les plus bas depuis 2006.

"la fête est finie"

Traduit de Deutsche MittelstandsNachrichten

KWN Special - Martin Armstrong: Who Will Collapse First? (devinez?)

[...] When asked which currency will collapse first, Armstrong responded, “Americans tend to focus really just on the United States. The United States is, among the Western countries, it’s actually in the best shape. Europe is going to largely collapse first. What you have to understand with the dollar is that the dollar is the reserve currency. What that means is that about 40% of the interest that we pay goes overseas.

All of the foreign central banks hold US government bonds, not actually physical dollars, but they actually hold bonds as a reserve. So the reserve currency is not something that is going to crack first. You have to understand that because if the dollar were to be the first thing to collapse, the rest of the world has to go with it.
In Europe, to put it into an American context, imagine if every state had the right to print dollars, it would be total chaos. That’s what Europe did (by allowing individual country bonds to be issued) and that’s why I warned them that they were going to collapse, but politicians just didn’t want to hear it ten years ago. They were more interested in creating a euro than they were in creating a (long-term functional) system.

...This is also why the banking system over there is in trouble. They (European leaders) are going to try to hang on as long as they can.”

Les investisseurs ont perdu confiance: Ms Merkel delivers, but the threat to the euro remains
The Independant
[...] With a free hand, Ms Merkel could yet win through, building a consensus behind each individual step as required and gradually inching German public opinion around to support, or at least accept, all necessary measures. But there is no room to manoeuvre. Investors' catastrophic loss of confidence has already spread alarmingly and now threatens Spain and Italy, which between them hold €1.5 trillion worth of debt. Exposed banks are in increasing need of recapitalisation. And the next round of more radical rescue measures is, rightly, on the table, before the ink is even dry on Germany's ratification of the last ones. Yesterday was indeed a triumph for Ms Merkel. But she does not have the time to do the same again.

PS: La situation des banques italiennes est très critique. Le système ne devrait pas survivre au mois d'octobre.

Tombe l'Europe le 3 octobre?

C'est le titre d'un article (étonnant) de NTV dont je vous traduis le début:

Le 3 octobre a une place particulière dans l'histoire. C'est le jour national des allemands. Beaucoup d'indices indiquent que le lundi qui vient pourraient être accompagné d'evenements dramatiques. Le 3 octobre pourrait de jour de fête devenir jour de deuil. Un jour de deuil pour l'Europe.
Barroso Says EU Will Overcome The Daily Bell, 29.9
Si c'était vrai il n'aurait pas besoin de le dire!

A droite: Bourses européennes, photo de groupe à 11:50... Pour le CAC la SG en tête avec -7% :0)) Pour le DAX, la Deutsche Bank (pareil, -7%)

NTV et Die Welt écrivent aujourd'hui que les allemands veulent le Deutsche Mark... La propagande pro-euro est finie.

Oui le vote était du théatre (comme le reste)
German bailout vote is 'too little, too late'
Germany's Bundestag has voted overwhelmingly to boost the scope of the EU's rescue fund but implicitly capped its firepower at €440bn, leaving it no clearer whether Europe has the means to halt debt contagion to Italy and Spain. [...] Telegraph

jeudi 29 septembre 2011

L'Allemagne va retourner au Deutsche Mark

D'après cette insider qui ne se cache même pas...
Ce serait le meilleur moment, maintenant que tout le monde (ou presque) croit que l'euro est sauvé...

SUPER HOT: Insider Reports Germany Printing Up Marks will Abandon Euro
Long-time EPJ readers know that I have long identified Philippa Malmgren as a major insider.

She was Special Assistant to the President for Economic Policy on the National Economic Council (President Bush). She was also a member of the President's Working Group on Financial Markets, aka, the Plunge Protection Team. Her client list includes every elite corporate firm in the world (The list is here.).

She is now reporting, according to the Sweden's largest business paper, Dagens Industri, that she expects the Germans will announce they will return to the Deutschmark and that they have already ordered the new currency printed up.

UPDATE: This is what appears on her web site. Apparently, she is "speculating" that Germany is printing up marks:

News to expect in the coming days and weeks...

•The Germans announce they are re-introducing the Deutschmark. They have already ordered the new currency and asked that the printers hurry up.

To get a sense on how deep an insider she is, check out this gossip she also reports:

Apparently, Lagarde and Trichet spent a day after Jackson Hole, in a heated argument with Lagarde pushing for a more realistic assessment of the Eurozone debt and of the true condition of Eurozone bank exposures to the debt. Trichet, in contrast, believes that it is possible to buy time and lead the market to believe a resolution is possible. Lagarde’s view is that many European banks are fundamentally insolvent and that’s why they are taking liquidity directly from the ECB. This is before the defaults even occur. Trichet’s view is that the banks might be able to earn their way back to health if they had more time. The cynical view is that Trichet does not want theLink Euro to end or a bank crisis on his watch. It is said that this was the principal issue that led to Jurgen Stark’s resignation: Stark and Lagarde favor facing the facts as soon as possible whereas Trichet does not want his legacy marred and or he believes that it is always worth buying a little more time.
Economic Policy Journal
et Philippa Malmgren
son site


L'euro va s'écrouler Süddeutsche Zeitung

Quelque chose qui cloche?

Depuis tout à l'heure, l'image est toute noire, même les poles, tout à part cet impact bleu/violet ... l'appareil de mesure est tombé en panne?? Ya une heure ou deux c'était encore comme hier
Ou est passée la tempête??Quelqu'un a une explication?

19:32 ça m'a l'air déjà plus normal... bof, on ne peut plus se fier à rien ni à personne...20:12... je renonce à comprendre...24:30... ya plus rien

Eruption de l'Etna

Etna (Sicily, Italy) September 28, 2011 eruption video

On the evening of 28 September 2011, the New Southeast Crater of Etna has produced its 15th paroxysmal eruptive episode since the beginning of this year. The culminating phase of this episode lasted less than a half hour but was more violent than those of the preceding paroxysms; on the contrary lava emission was rather minor, forming two small flows that reached the upper part of the steep western slope of the Valle del Bove. The ash plume was driven southwestward by the wind.

Vivre sans ch...

Le film Lumière (billet du 6.11.2010) en français et en 9 parties. Ne le loupez pas!

Vivre sans manger ni boire

Vivre sans manger ni boire 1/9 von Antoll_MA

Ou direct sur Dailymotion

Aux crétins qui refusent de comprendre: Pas grave, c'est que c'est pas l'heure. Change de sujet, tout simplement.

C'est un secret de polichinelle que la nourriture matérielle ne suffit pas à nous fournir l'energie necéssaire. On reçoit aussi de l'energie de l'environnement (soleil, nature) et des contacts sociaux. Le respirianisme consiste à changer les proportions jusqu'à réduire l'apport matériel à zéro.
Regardez le doc! Ce sont des gens proches de la nature, en harmonie avec eux-mêmes et avec les autres. ceci dit, arrêter tout simplement de manger du jour au lendemain n'est pas une chose à faire!! Il faut tout dabord se reprogrammer. Nous sommes tous intimement persuadés que si nous arrêtons de manger, c'est fini. Et nous sommes ce que nous pensons. C'est aussi simple et aussi difficile que ça.

Aux sujets des grevistes de la faim: Ces gens là se laissent mourrir consciemment et refusent TOUT apport d'energie sous quelque forme que ce soit. Dailleurs vous les verrez rarement s'allonger au soleil sur la plage ou rigoler avec des copains pendant leur "sacrifice". Leur progranme c'est "je m'auto détruis".

Attention billet dangereux

Ceux qui ont des problèmes avec leur abdominaux ne devraient pas continuer à lire. Ils risquent une crise de rire fatale.

Al-Qaida calls on Ahmadinejad to end 9/11 conspiracy theories
Terrorist organisation's magazine reportedly says it is 'ridiculous' for Iran's president to blame the attacks on the US government [...]

Al Qaida some Ahmadinejad d'arrêter avec ses théories de la conspiration sur 9/11
Le magazine de l'organisation terroriste dit qu'il est ridicule pour le président iranien d'accuser le gouvernement US des attaques

"Le magazine de l'organisation terroriste" .... C'est ou qu'on peut s'abonner?

Tout le monde attend le vote

Bourse de Paris : les valeurs bancaires bondissent avant le vote allemand

Les valeurs bancaires bondissaient jeudi matin à la Bourse de Paris, dans un marché optimiste à l'approche du vote du Parlement allemand sur un élargissement du Fonds de secours européen, destiné à aider les pays en difficulté de la zone euro. [...] Boursorama

Pour rappel: La liste des pays en difficultés, par ordre décroissant d'espoir de sauvetage, aujourd'hui à 11:20

Les pays allemands en difficulté spéculent également sur l'isue du vote:

523 votes pour contre 85 votes contre
La déblacle continue, et on a gagné un peu de temps...

Encore de la censure sur BellaCIAo

Quelqu'un a essayé de reprendre l'info sur les ressources energétiques grecques sur BellaCIAo. J'ai vu l'ex-article dans les stat. du blog.... 4 ont eu le temps de cliquer dessus avant que les admin n'efface complètement. Ca rappelle des souvenirs.
Rappel: BellaCIAo n'est pas là pour diffuser la vérité et surtout pas pour chercher des solutions, mais pour attiser et canaliser la haine du petit peuple contre ceux qu'il croit être responsable de ses malheurs.

mercredi 28 septembre 2011

Ah les cons!

Quand on vit en pleine conscience de ce qui se passe, on oublie trop souvent que ce n'est pas le cas de tout le monde ...

Les Français épargnent davantage (Figaro)
[...]les dépenses de consommation ont reculé de 0,7% et le taux d'épargne des ménages a progressé "vivement, de 1,1 point, pour atteindre 17%, soit le plus haut niveau depuis le troisième trimestre 2009", a indiqué l'Insee. Il faut remonter à 2002 pour retrouver un tel niveau. [...]C'est l'épargne liquide qui est privilégiée, comme en témoigne le succès du livret A, placement défiscalisé et sans risque, qui a connu en août son plus haut niveau depuis sept mois, à 2,9 milliards d'euros. [...]

Ben la tonte sera bonne en france .... Il semblerait que la france profonde dorme profondément?

Sarkozy sur la zone euro : «Nous n'abandonnerons jamais la Grèce»
Mercredi en conseil des ministres, Nicolas Sarkozy a aussi défendu sa politique en Proche-Orient, en la qualifiant de "tournant historique".

Quans est ce que la Grèce sort? En novembre? ... un "tournant historique" c'est le moins qu'on puisse dire, le début de WW3, ni plus ni moins...

J'avais arrêté de lire la presse française, sais pas ce qui m'a pris ce soir, faut que j'arrête, ca me déprime!! C'est nul, et même pas drôle...

Alors là ca ne rigole plus

Un article qui glace le sang dans les veines... et c'est sur Bloomberg. Ca ne tiendra pas jusque 2012, pas possible!!?

Step Aside BBC "Trader": Head Of UniCredit Securities Predicts Imminent End Of The Eurozone And A Global Financial Apocalypse

If someone knows the truth, it is the guy at the top of UniCredit, which we expect to promptly trade limit down once we hit print. Among the stunning allegations (stunning in that an atual banker dares to tell the truth) are the following: "the euro is “practically dead” and Europe faces a financial earthquake from a Greek default"... “The euro is beyond rescue”... “The only remaining question is how many days the hopeless rearguard action of European governments and the European Central Bank can keep up Greece’s spirits.”...."A Greek default will trigger an immediate “magnitude 10” earthquake across Europe."..."Holders of Greek government bonds will have to write off their entire investment, the southern European nation will stop paying salaries and pensions and automated teller machines in the country will empty “within minutes.” In other words: welcome to the Apocalypse [...]
Le lien vers ZH pour les masoschistes qui veulent tout lire

Les seismes aux iles Canaries

Qui a dit que la nature n'aimait pas les forme régulières, hm?

Les iles sont secouées d'une multitude de petits (2-3) seismes depuis le 27.9, dont Barge nous faisait remarquer la géométrie ... (les points rouges sur la carte à droite)

Pas la 1ère fois...
Rappel (billet du 31.7.2011):
Un record sans précédent de 720 séismes a été enregistré à El Hierro, la plus petite des îles Canaries, au cours de la semaine dernière. L'essaim de secousses a même incité le gouvernement des îles Canaries à convoquer la première réunion du Comité de pilotage et de surveillance des volcans, qui se traduit dans le Plan de protection civile et d'urgence spécifiques pour les risques volcaniques, étant donné ce qu'il a décrit "l'augmentation significative de l'activité sismique".
L'Institut Géographique National (IGN) et l'Institut volcanologique des îles Canaries continue à en
registrer des scores des tremblements de terre, mesurant entre 1 et 3 sur l'échelle de Richter, chaque jour. La majorité des tremblements de terre sont enregistrés à une profondeur comprise entre 5 km et 15 km.
Selon Actualidad Volcánica de Canarias (Avcan), la grande majorité des tremblements ont été enregistrées dans le nord-ouest d'une île d'El Golfo, l'emplacement d'un énorme glissement de terrain qui a créé un tsunami de 100 mètres de haut il y a près de 50.000 ans.

Je ne la vois nulle part cette ile d'El Golfo?
Apparemment il ne s'agit pas d'une ile (erreur de traduction?) mais de la partie nord-ouest de l'ile d'El Hierro (baie d'El Golfo), qui était un volcan et qui s'est effondré. On voit bien sur la photo à gauche, et effectivement, ça a du faire des vagues...

Ils ne savent pas viser??
Le Cumbre Vieja est sur l'ile de La Palma ...

Le Cumbre Vieja, en français « Vieux sommet », est un volcan d'Espagne qui se situe dans l'archipel des Canaries, dans le sud de l'île de La Palma. Partie volcanologiquement active de l'île, le Cumbre Vieja est susceptible d'engendrer un mégatsunami qui toucherait la majorité des côtes de l'Atlantique Nord au cours d'une future éruption si la partie occidentale de la montagne glissait dans l'océan Atlantique.Wiki


Rav Ron Chaya donne un cours d'Apocalypse financière

Encore un qu'on va voir partout.... Plus les moutons comprendront, et plus le processus va s'accélerer.
(Video en fr.)

Pour rester en Grèce ...

A cause des mesures d'austérité, le centre des impots grec n'a plus d'encre et ne peux plus envoyer de formulaires d'impots depuis 10 jours.

Greece Runs Out Of Ink, Can't Print Tax Forms (ZH)

If you thought that last night's news that Greece had been consulting (and paying) the far more "stable" Irish Central Bank on how to, oh, avoid bankruptcy, this may jus top it. In an FT article describing the new set of austerity measures most of which are very loud threats that Greece will very soon (really) take austerity seriously (they promise), we stumble across the following gem: "The conservative opposition New Democracy party said a shortage of ink had prevented the computerised tax centre at the finance ministry from sending out claims to taxpayers over the last 10 days. There was no response from the finance ministry to the claim."...

So.... let's get this straight. If austerity does not force all the tax collectors to be on permanent strike which it appears it will, than the sharp ink shortage will surely destroy any attempts to generate state revenue through tax collections. And there is more bad news: when Greece goes back to its prior currency, the drachma, or the obolus, or goats, or whatever, there will be no ink to print it. And since Greece will enter hyperinflation shortly following its evolutionary transition from disorganized banana republic to organized hyperinflationary implosion, this may be a concern.

Mon commentaire:

Le cinéma continue

Si seulement ils pouvaient nous communiquer le timing?! Ca nous éviterait de jouer aux devinettes...

Gérard Araud : “une frappe préventive sur l’Iran est possible”
L’ambassadeur de France aux Nations Unies, Gérard Araud, a averti qu’une frappe militaire contre l’Iran est possible si le régime choisi la voie de la prolifération nucléaire. « Si nous ne réussissons pas à atteindre aujourd’hui un objectif sur les négociations avec les Iraniens, il y a un fort risque d’une action militaire », aurait dit l’ambassadeur aux journalistes américains [...] JSS

Iran: des navires près des côtes US ?
La marine iranienne qui cherche depuis un an à accroître sa présence dans les eaux internationales, va envoyer des navires à proximité des eaux territoriales américaines, a déclaré son commandant en chef, l'amiral Habibollah Sayyari. "Tout comme l'oppression mondiale (Etats-Unis, ndlr) est présente non loin de notre frontière maritime (...) notre marine va avoir une présence forte non loin des eaux territoriales des Etats-Unis", a déclaré l'amiral Sayyari, sans toutefois donner plus de précisions. Le 19 juillet, le même amiral avait affirmé que l'Iran allait envoyer "une flottille dans l'Atlantique". [...] Figaro

Ca va surement faire trembler Oblabla ... C'est ridicule, et le "?" dans le titre suggère qu'il s'agit d'une fausse information.

La Grèce: Oui on se fout de nous... et bien

L'information est traduite d'un commentaire du 14.6.2011 sur le site du Süddeutsche Zeitung

L'organisation Scandic Org a proposé au gouvernement grec un crédit de 250 milliards sur 5 ans contre les droits exclusifs pour 5 ans sur le pétrole en territoire grec.
Le deal prévoyait de partager les bénéfices 80/20 (pour la Grèce), 90% des travailleurs employés sur les plateformes seraient grecs, et on utiliserait exlusivement des navires grecs.
En juin 2010, un institut francais de géophysique en coopération avc l'université de Kreta a étudié la Grèce te la mer autour. Résultat: 99% de gaz "propre" qui peut etre utilisé directement. a certains endroits en Méditeranée, le gaz sort naturellement depuis des millions d'années.

Aucune réponse ne vint de la part du gouvernement grec. Au lieu de cela, USA et Israel firent comprendre à Scandic Org qu'il était vain de continuer à vouloir exploiter les ressources grecques.

Source (grec). Le journaliste grec d'investigation Kostas Hardavellas aurait également fourni des informations sur le sujet.

Ici une source (allemand) qui précise, citant tout un tas d'autres sources:

Les américains savent. depuis que les satellites sont en orbite que les grec possèdent d'énormes ressources energétiques. Les grosses banques de ce monde et les multi de l'energie partagent ce savoir, mais le citoyen grec, qui est rendu responsable de tout dans le monde entier ne doit rien recevoir du gateau. Le butin est déjà partagé et a déjà été promis à Washington par notre président [grec] mendiant.

Rappelez vous des énormes quantité de gaz exploitées par Chypre (billet du 19.9, Tambours de guerre)

L'entreprise norvégienne TGF-Nor prétend qu'il y a dans la seule région de Crète 6 milliards de barils.

Il n'y a aucun doute à avoir là dessus: La "crise" actuelle est voulue et organisée pour nous vider les fonds de poche et réduire les peuples à l'esclavage. Quelque chose me dit que ça aura l'effet contraire...

Geórgios Papandréou (1952-)
Né en 1952 à Saint-Paul, aux États-Unis, il est le fils d'Andréas Papandréou (1919-1996), Premier ministre de 1981 à 1989 puis de 1993 à 1996, et de Margaret Chant, de nationalité américaine. Il est en outre le petit-fils de Geórgios Papandréou (1888-1968), qui fut également Premier ministre grec, en novembre-décembre 1963 puis de février 1964 à juillet 1965.

Geórgios Papandréou commence sa scolarité à Toronto au Canada. Il suit ensuite ses études au Amherst College, dans le Massachusetts, où il obtient son baccalauréat en arts, à l'université de Stockholm, à la London School of Economics où il obtient son master en sociologie, et enfin à l'université Harvard. (wiki)

Les détails du plan secret allemand pour sauver la Grèce

C'est joli sur la papier.... j'aimerais bien que Roland Berger m'explique concrètement les détails de la phrase en rouge....

Les détails du plan secret allemand pour sauver la Grèce

Comment résorber le surendettement grec, relancer l'économie du pays et ruiner les spéculateurs ? Réponse dans le plan Eureca concocté par d'influents consultants allemands.

Existe-t-il une alternative crédible aux plans étudiés actuellement concernant le sauvetage de la Grèce, qui résoudrait la question du surendettement sans provoquer de défaut, et qui sortirait durablement le pays de la spirale de la récession et du désordre social ?

Équation difficile à résoudre et que n'intègrent pas les plans en cours de discussion aujourd'hui. Ce plan existe. Baptisé « Eureca », il a été mis au point par des consultants très influents auprès du gouvernement d'Angela Merkel, pilotés par Martin Wittig, CEO du groupe Roland Berger. Il se décline en six phases essentielles, que l'on peut résumer ainsi :

?1. La Grèce cantonne l'ensemble de ses actifs publics (banques, immobilier, téléphonie, ports...) dans une structure commune, sorte d'équivalent de la Treuhandanstalt créée en 1990 en Allemagne pour privatiser quelque 8.500 entreprises est-allemandes, Ces actifs sont évalués à 125 milliards d'euros, en fonction des valorisations déjà connues sur un certain nombre de biens figurant dans la liste de privatisations « officielle ».

?2. Cette structure est achetée par une institution européenne, financée par les États, dont le siège pourrait être situé au Luxembourg, proche de celui du Fonds européen de stabilisation financière. Cette structure est chargée de piloter la privatisation de ces actifs, avec une échéance fixée à 2025 pour déboucler les opérations (ce qui est beaucoup plus long que la durée de vie de la Treuhand, fermée en 1994, même si un certain nombre d'opérations se sont finalisées au cours des années 2000).

?3. Les 125 milliards d'euros ainsi libérés servent à la Grèce pour racheter ses obligations à la BCE et au FESF, ce qui a pour effet immédiat de ramener à 88 % son ratio dette/PIB, au lieu de 145 % aujourd'hui. L'exposition de la BCE à la dette grecque est réduite à zéro, ce qui ne peut qu'exercer un effet apaisant sur les contribuables européens... Les taux d'intérêt sur la dette grecque baissent de 50 %, ce qui permet à Athènes de revenir éventuellement sur les marchés.

?4. Cette institution européenne investit 20 milliards d'euros dans la restructuration des actifs cantonnés afin d'augmenter leur valeur d'environ 50 milliards d'euros. Le montant de ces investissements peut être augmenté de 10 à 15 milliards provenant des fonds structurels européens que la Grèce ne peut pas utiliser en ce moment. Cette injection d'argent dans l'économie, équivalant à 8 % du PIB, desserre l'étau autour de l'économie grecque, et remet le pays sur la voie de la croissance, environ 5 % par an au cours des trois ou quatre prochaines années, au lieu des 5 % de récession qu'elle affronte aujourd'hui. Avec l'augmentation des recettes fiscales ainsi générée, la Grèce s'engage dans un programme de rachat de sa dette de l'ordre de 1 % du PIB par an, ce qui la fait repasser, en 2018, sous la barre des 60 % du PIB.

?5. Les opérations de privatisation sont débouclées en 2025. Si ces opérations dégagent une plus-value, elle est versée à la Grèce, déduction faite des intérêts et frais de gestion. Si elles dégagent une moins-value, la Grèce la prend en charge, mais les économistes de Roland Berger ont calculé que, même si aucune privatisation n'était réalisée (ce qui est une hypothèse extrêmement peu probable), la dette de la Grèce redescendra mécaniquement sous les 70 % du PIB, ce qui est une amélioration notable par rapport à la situation d'aujourd'hui.

?6. Ce plan réduit à néant les gains des spéculateurs qui ne croient pas au sauvetage de la Grèce ou de la zone euro et qui parient sur un effondrement du cours des obligations grecques, mais aussi espagnoles, italiennes et irlandaises et qui devront assumer une baisse des spreads sur les CDS.

Opposition des banques

Quelles sont les chances de ce programme d'être adopté par la Grèce et les gouvernements européens, qui travaillent sur d'autres pistes ? Il repose en grande partie sur un pari : celui de rassembler l'essentiel des actifs publics grecs, soit une liste bien plus large que celle que la Grèce a rendue publique dans le cadre du plan de privatisation de 50 milliards d'euros figurant dans l'accord du 21 juillet. Il porte la conviction que les opérations de privatisation ainsi centralisées hors de Grèce (même si les capitaux grecs se voient accorder une priorité dans les opérations de cession) échapperont au risque de corruption et d'opacité.

Ce plan a d'autres mérites : il propose une voie nouvelle alors que l'Europe tourne en rond depuis le mois de juillet sur le sauvetage de la Grèce ; il évite à Athènes une cure d'austérité des plus graves et donne le temps de mettre en oeuvre les réformes structurelles que le gouvernement s'est engagé à réaliser ; il crée de la croissance immédiate et permet à la Grèce d'entrer à nouveau sur le marché ; il éloigne la perspective d'une crise systémique de l'Europe et il discrédite les spéculateurs. « Notre plan de redressement poursuit un objectif clair: aider financièrement la Grèce à restructurer son bilan et à générer une croissance pérenne », explique Martin Wittig, CEO de Roland Berger.

Même si ce plan est « porté » par un groupe de consultants, il est très probable qu'il n'a pas été conçu en dehors de l'entourage d'Angela Merkel et des experts de la Troïka. Roland Berger est par ailleurs un bon connaisseur du sujet des privatisations puisque c'était déjà ce groupe qui était à la manoeuvre dans la conduite des opérations de la Treuhand... Il lui faudra néanmoins compter avec l'opposition des banques et des marchés financiers, les premières parce qu'elles ont probablement leur idée sur la privatisation des actifs grecs, les seconds parce que la situation d'incertitude actuelle permet des jeux multiples et rémunérateurs.
François Roche - 28/09/2011, 07:30

L'or physique commence à se faire rare

Seems Like Mexico Purchased 110 Tons Of Gold That Don't Exist
Seeking Alpha

Il n'y a même plus d'or physique pour les banques centrales....

Le plus grand vendeur de métal de Munich: Pour cause d'énorme demande, seules les commandes > 3.000 eur seront prises en compte.
le Krügerrand est à 1.284,50. Sur les 63 sortes différentes offertes (dans la catégorie pièces d'or), 34 sont encore disponibles.

Westgold a vécu lundi dernier le meilleur jour de vente de toute son histoire. Leur centrale téléphonique a croulé sous les appels. Parmi les clients, on répertorie un vendeur pour 20 acheteurs.

Et en france:
Article L112-6
Modifié par LOI n°2011-900 du 29 juillet 2011 - art. 51 (V)

[...]Au-delà d'un montant mensuel fixé par décret, le paiement des traitements et salaires est soumis à l'interdiction mentionnée à l'alinéa précédent et doit être effectué par chèque barré ou par virement à un compte bancaire ou postal ou à un compte tenu par un établissement de paiement.

Toute transaction relative à l'achat au détail de métaux ferreux et non ferreux est effectuée par chèque barré, virement bancaire ou postal ou par carte de paiement , sans que le montant total de cette transaction puisse excéder un plafond fixé par décret. Le non-respect de cette obligation est puni par une contravention de cinquième classe.[...]

Mesure contre les voleurs de métaux...

Suffit d'aller faire ses courses à l'étranger. Il est encore temps.

Ou faire dela plongée ;-)

Témoignage d'un employé de la douane

Témoignage de 2ème main.
La douane allemande a reçu un plan d'alerte. La douane doit se tenir prête pour des situation inhabituelles dans le cadre de mesures de la police nationale. Sont nommées en particulier des réactions suite à des accidents nucléaires et des mesures de protection des frontières.

L'employé se demande ce que la douane a à faire avec des accidents nucléaires et ajoute que la dernière fois qu'il a vu de telles mesures de sécurité, c'était les derniers mois avant l'ouverture des frontières avec la RDA.

On se prépare donc à quelque chose d'énorme dans les mois qui viennent. Mais cette histoire d'accident nucléaire est absurde!!

Le grand nimporte quoi continue

Combien de temps avant le grand effondrement? Moins d'un an...
Pour rappel: Début 2010, un franc-mac m'a assuré que la réforme monétaire serait en 2012.
Même si il est de plus en plus difficile d'imaginer comment ce système complètement pourri va encore pouvoir survivre 15 jours, visiblement il se maintient encore péniblement à coups de manipulation et de mensonges. La chute n'en sera que plus dure. Comme disait Delamarche hier (voir video billet d'hier), on ne gagne pas du temps, on l'achète... très cher.

L'or remonte en flèche aujourd'hui... et pourrait encore redescendre entre temps. N'oublions pas que l'or vendu n'existe pour la plus grande partie que sur le papier. Ce papier sert de temps en temps à compenser les pertes réalisées ailleurs, ce qui explique les baisses lors de périodes critiques, quand tout se casse la gueule en même temps (sans parler des manipulations).
Le métal physique est nettement moins touché par la baisse. Si entre temps le cours baissait dramatiquement (c'est possible), alors les vendeurs de lingots fermeront tout simplement leurs magasins.
Quand la confiance dans le papier aura complètement disparu (ça va venir), le cours sera propulsé dans les étoiles, boosté par le shortsqueeze, et il sera trop tard pour tout.

La Bourse de Paris a ouvert sur une baisse de 1,09% mercredi, les espoirs de mesures politiques énergiques pour faire face à la crise de la dette en zone euro s'estompant face aux dissensions apparues au sujet d'un renforcement du Fonds de secours européen (FESF). [...]
Boursorama (non ce n'est pas un fromage...)

Standard & Poor’s, la firme de notation des dettes souveraines, a mis en garde les responsables européens que le renforcement du Fonds de Soutien Européen pourrait provoquer un déclassement des notes de la dette souveraine allemande et française. [...]

C'est légitime, puisqu'ils s'engageraient au-delà de leur capacité, et aurait pour effet de démolir instantanément le semblant d'effet positif du renforcement.

Stansberry: Here’s What Will Happen Next
[...] So… here’s what will happen next. Soon, Greece will default. This will begin a chain reaction of European bank failures, because most banks in Europe have only written off a small portion (21%) of the value of the Greek bonds they hold. French banks are particularly vulnerable right now. This, in turn, will cause banks to stop lending to each other out of fear.[...]

A First In History: The Coming Simultaneous European Banking Collapse
The Prudent Investor

Update, une demi-heure après l'annonce ci dessus:
La Bourse de Paris repassait dans le vert (+0,39%) mercredi matin, après avoir débuté la séance en baisse, les investisseurs semblant faire fi des dissensions des dirigeants européens sur les mesures à prendre pour enrayer la crise de la dette en zone euro.

Nimporte quoi, vraiment nimporte quoi. surtout qu'il est repassé à -0,8% dans les minutes qui ont suivi ...

Très drole aussi:

Germany slams 'stupid' US plans to boost EU rescue fund
Germany and America were on a collision course on Tuesday night over the handling of Europe's debt crisis after Berlin savaged plans to boost the EU rescue fund as a "stupid idea" and told the White House to sort out its own mess before giving gratuitous advice to others. [...] Telegraph

Tiens.... visiblement on ne croit plus au renflouement des banques par les contribuables.... à 10:15

Le trader interviewé par la BBC dérange

Très drole...
La BBC a confirmé qu'il ne s'agissait pas d'un hoax.
Il y en a qui préfèrent continuer à dormir... le reveil sera brutal.

BBC Releases Official Statement On Alessio "The Trader" Rastani: He Is Perfectly Legit And The Interview Was Not A Hoax

Zero Hedge's post yesterday of a trader telling the BBC how he (and everyone else) really feels about the current cataclysmic situation, went viral, and as of this writing, was about to generate 100,000 hits (legit ones: no slideshows were massacred in the creation of a some CPM abortion).

Needless to say, the trader in question, Alessio Rastani, very suddenly and violently entered the public's eye, the most amusing side effect of which was the emergence a fringe group claiming that just because he looks like some other guy, that he is a spoof, and this was immediately used by the conventional media to attempt to discredit him.
And as usually happens, this has backfired. The BBC has just released a statement confirming that Rastani is, indeed, a trader, and that all those (Forbes) who have nothing better to do than to attack the messenger and not the message, may be better advised to taking a Math 101 class and realizing why we are all scroomed, instead of polishing their character assassination skills. To everyone else who attempted to marginalize Rastani, "suck it" is not exactly what we would like to say, but it sure does the job. And to that we would like to add that just because Larry Summers is a spitting image of Jabba the Hut, that does not make him an automatic member of the "Tattoine Men" comedy troupe.

mardi 27 septembre 2011

"C'est Goldman Sachs qui dirige le monde, pas les gouvernements"

On le savait déja, remarquez, mais là, c'est dans le journal...
rien de nouveau, un peu de révision:

27-09-11 à 14:53 par la rédaction de
VIDEO. Interrogé par la BBC, un trader de Londres avoue à l'antenne ne pas se soucier de la crise. "Notre boulot, c'est de faire de l'argent. La récession est une opportunité pour nous."

Interrogé lundi 26 septembre sur la BBC, Alessio Rastani, un trader indépendant de Londres, a parlé crûment de la crise financière actuelle. "L'économie va s'effondrer, et très durement. (...) Les solutions envisagées ne vont pas marcher."

Questionné sur les solutions politiques qui pourraient rassurer les marchés, il n'a pas non plus fait dans la dentelle: "Nous ne soucions pas vraiment d'avoir une économie qui repart. Notre boulot, c'est de faire de l'argent. Personnellement, j'ai rêvé de ce moment pendant trois ans. J'allais au lit en rêvant d'une nouvelle récession. (...) La récession est une opportunité pour nous."

"Les gouvernements ne dirigent pas le monde. C'est Goldman Sachs qui dirige le monde", a-t-il ajouté, avant de mettre en garde le grand public: "Protégez vos actifs. Dans moins de douze mois, je pense que l'épargne de millions de gens va disparaître. Le pire est de ne rien faire."

L'actualité économique et boursière, je n'écris rien, il dit tout:



Die Glücklichen Arbeitslosen - Les Chômeurs Heureux - The Happy Unemployed - Los Parados Felices
Lecture publique à trois voix, en chaise-longue et agrémentée de diapositives, donnée pour la première fois le 14 Août 1996 au "Marché aux Esclaves" du Prater (Berlin-Est) devant une assemblée mi-enthousiaste, mi-dubitative.

Ce qui suit est une entorse aux principes que les Chômeurs Heureux s'étaient donnés jusqu'ici, eux qui ne prennent pas volontiers les choses par la théorie. Ils lui préfèrent de beaucoup la propagande par le fait, le méfait et surtout le non-fait. D'ailleurs, la recherche dans le domaine du chômage heureux n'a pas encore abouti à des résultats décisifs et susceptibles d'être présentés ici. Mais quelques explications sont pourtant nécessaires, car la rumeur, qui a déjà assuré aux Chômeurs Heureux une sorte de notoriété secrète, n'est pas exempte de malen-tendus. Et ceci sur des points d'impor-tance, à savoir le bonheur, et aussi le chômage.
Déjà parce qu'il est question de bonheur, la chose devient immédia-tement suspecte. Le bonheur est irresponsable. Le bonheur est bourgeois. Le bonheur est antiallemand . Et d'ailleurs, comment peut-on se dire heureux, en présence de la misère, de la violence, et des petits pains qui coûtent 67 Pfennigs alors que ce ne sont plus que d'insipides poches gonflées d'air?!
Paul Watzlawick a déjà traité de ce genre d'arguments dans Faites vous-mêmes votre malheur :
"Et si nous étions absolument innocents de l'évènement originel? Si personne ne pouvait nous reprocher d'y avoir contribué? Il ne fait aucun doute dans ce cas que je demeure une pure et innocente victime. Qu'on ose alors remettre en cause mon statut de sacrifié! Qu'on ose même me demander de remédier à mon malheur! Ce qui fut infligé par Dieu, les chromosomes et les hormones, la société, les parents, la police, les maîtres et les médecins, les patrons et, pire que tout, par les amis, est si injuste et cause une telle douleur qu'insinuer seulement que je pourrais peut-être y faire quelque chose, c'est ajouter l'insulte à l'outrage. Sans comp-ter que ce n'est pas une attitude scientifique, non mais!"
Pour nous étendre sur ce sujet, il aurait fallu nous enfoncer dans les marécages de la psychologie, ce dont nous nous garderons bien. Mais on peut trouver encore d'autres arguments contre la poursuite du bonheur. Il se dit par exemple que le totalitarisme, c'est vouloir faire le bonheur des gens contre leur gré. A ce sujet, les travailleurs et demandeurs d'emplois malheureux n'ont pas de souci supplémentaire à se faire : les Chômeurs Heureux n'ont pas l'intention de leur imposer quelque forme de bonheur que ce soit. Il est certain que le bonheur est un argument de vente typique pour toutes sortes de charlatans qui cherchent à fourguer leur remède miracle. Mais les Chômeurs Heureux n'ont pas de remède miracle à vendre. Sur le plan programmatique, nous voyons la chose telle que Lautréamont l'avait formulée pour lui-même en 1869:
"Jusqu'à présent, l'on a décrit le malheur pour inspirer la terreur et la pitié, je décrirai le bonheur pour inspirer leurs contraires".
Et maintenant venons-en au fait.

Le Chômage : pas un problème
-peut-être une solution.

Nous savons tous que le chômage ne sera jamais supprimé. La boite va mal? On licencie. La boite va bien? On investit dans l'automation, et on licencie. Jadis, il fallait des travailleurs parce qu'il y avait du travail, aujourd'hui, il faut du travail parce qu'il y a des travailleurs, et nul ne sait qu'en faire, parce que les machines travaillent plus vite, mieux et pour moins cher. L'automatisation avait touours été un rêve de l'humanité. Le Chômeur Heureux Aristote, il y a 2300 ans :
"Si chaque outil pouvait exécuter de lui-même sa fonction propre, si par exemple les navettes des tisserands tissaient d'ellesmêmes, le chef d'atelier n'aurait plus besoin d'aides, ni le maître d'esclaves."
Aujourd'hui le rêve s'est réalisé, mais en cauchemar pour tous, parce que les relations sociales n'ont pas évolué aussi vite que la technique. Et ce processus est irréversible : jamais plus des travailleurs ne viendront remplacer les robots et automates. De plus, là où du travail "humain" est encore indispensable, on le délocalise vers les pays aux bas salaires, ou on importe des immigrés sous-payés pour le faire, dans une spirale descendante que seul le rétablissement de l'esclavage pourrait arrêter.
Tout le monde sait cela, mais personne ne peut le dire. Officiellement, c'est toujours "la lutte contre le chômage", en fait contre les chômeurs. On trafique les statistiques, on "occupe" les chômeurs au sens militaire du mot, on multiplie les contrôles tracassiers. Et comme malgré tout, de telles mesures ne peuvent suffire, on rajoute une louche de morale, en affirmant que les chômeurs seraient responsables de leur sort., en exigeant des preuves de "recherche active d'un emploi". Le tout pour forcer la réalité à rentrer dans le moule de la propagande. Le Chômeur Heureux ne fait que dire tout haut ce que tout le monde sait déjà.
"Chômage" est un mauvais mot, une idée négative, le revers de la médaille du travail. Un chômeur n'est qu'un travailleur sans travail. Ce qui ne dit rien de la personne comme poète, comme flâneur, comme chercheur, comme respirateur. En public, on n'a le droit de parler que du manque de travail. Ce n'est qu'en privé, à l'abri des journalistes, sociologues et autres renifle-merde, que l'on se permet de dire ce qu'on a sur le coeur : je viens d'être licencié, super! Enfin je vais pouvoir faire la fête tous les soirs, bouffer autre chose que du micro-ondes, câliner sans limites.

Faut-il abolir cette séparation entre vertus privées et vices publics? On nous dit que ce n'est pas le moment, que ça tournerait à la provocation, que ça ferait le jeu des beaufs. Il y a encore vingt ans, les travailleurs pouvaient mettre leur travail, et le travail en question. Aujourd'hui, ils doivent se dire heureux pour la seule raison qu'ils ne sont pas au chômage, et les chômeurs doivent se dire malheureux pour la seule raison qu'ils n'ont pas de travail. Le Chômeur Heureux se rit d'un tel chantage.

Lorsque l'éthique du travail s'est perdue, la peur du chômage reste le meilleur fouet pour augmenter la servilité. Un certain Schmilinsky, conseiller d'entreprises pour l'élimination des tireurs au flanc le dit on ne peut plus clairement :
"Dans une écurie, vous décidez aussi quel cheval doit avoir une récompense et lequel ne reçoit rien. Les entreprises qui veulent survivre aujourd'hui doivent être par moments impitoyables. Trop de bonté peut leur casser les reins. Je conseille à mes clients d'agir avec une poigne de fer dans un gant de velours. A notre époque, les travailleurs regardent au-tour d'eux et voient partout des postes de travail supprimés. Nul n'a vraiment envie de se faire remarquer par un comportement désagréable. Les entreprises tendent à utiliser toujours plus ce sentiment d'insécurité, afin de réduire notablement les heures de travail perdues."
(Der Spiegel, 32/1996)

La création d'un biotope propice aux Chômeurs Heureux pourrait également améliorer la condition des travailleurs : Leur peur de se retrouver au chômage diminuerait, en même temps que le courage de dire non pourrait plus librement s'exprimer. Un jour peut-être, le rapport de forces serait à nouveau retourné au profit des salariés : "Quoi? Vous prétendez contrôler si je suis vraiment malade ou non? Si c'est comme ça, je préfère encore être Chômeur Heureux!"

Le travail est une question de survie. On ne peut qu'être d'accord avec cet avis. Voici ce qu'en écrit des USA Bob Black : "Le travail est un meurtre en série, un génocide. Le travail tuera, directement ou indirectement, tous ceux qui lisent ces lignes. Dans ce pays, le travail fait chaque année entre 14000 et 25000 morts, plus de deux millions d'handicapés. 20 à 25 millions de blessés. Et encore, ce chiffre ne prend-il pas en compte le demi-million de maladies professionnelles. Il ne gratte que la superficie. Ce que les statistiques ne montrent pas, ce sont tous les gens dont la durée de vie sera raccourcie par le travail. C'est bien ce qui s'appelle du meurtre! Pensez à tous ces toubibs qui crèvent à 50 ans, pensez à tous les "workaholics"! Et même si vous ne mourrez pas pendant votre travail, vous pourrez mourir en vous rendant au travail, ou en en revenant, ou en en cherchant, ou en cherchant à ne plus y penser. Naturellement, il ne faut pas oublier de compter les victimes de la pollution, de l'alcoolisme et de la consommation de drogue liées au travail. Là, on atteint un nombre de victimes multiplié par 6, seulement pour pouvoir vendre des big macs et des cadillacs aux survivants!"

Le bottier ou l'ébéniste étaient fiers de leur art. Et naguère encore, les travailleurs des chantiers navals écrasaient une larme au coin de l'oeil en voyant partir au loin le navire qu'ils avaient construits. Mais ce sentiment d'être utile à la communauté a disparu de 95% des jobs. Le secteurs des "services" n'emploie que des domestiques et des appendices d'ordinateurs qui n'ont aucune raison d'être fiers. Du vigile au technicien des systèmes d'alarme, une foule de chiens de garde ne sont payés que pour surveiller que l'on paye ce qui sans eux pourrait être gratuit. Et même un médecin n'est plus en vérité qu'un représentant de commerce des trusts pharmaceutiques. Qui peut encore se dire utile aux autres? La question n'est plus : à quoi ça sert, mais : combien ça rapporte. Le seul but de chaque travail particulier est d'augmenter les bénéfices de l'entreprise, et de même le seul rapport du travailleur à son travail est son salaire.

L´argent est le problème

C'est justement parce que l'argent, et non l'utilité sociale, est le but, que le chômage existe. Le plein emploi c'est la crise économique, le chômage c'est la santé du marché. Que se passe t-il, dès qu'une entreprise annonce une charette de licenciements? Les actionnaires sautent de joie, les spéculateurs la félicitent pour sa stratégie d'assainissement, les actions grimpent, et le prochain bilan témoignera des bénéfices ainsi engrangés. De la sorte, on peut dire que les chômeurs créent plus de profits que leurs ex-collègues. Il serait donc logique de les récompenser pour leur contribution sans égale à la croissance. Au lieu de cela, ils n'en touchent pas un rogaton. Le Chômeur Heureux veut être rétribué pour son non-travail

Nous pouvons ici nous en référer à Kasimir Malevitch, le courageux créateur du Carré noir sur fond blanc. En 1921, il écrivit dans un livre qui n'a été publié que voici deux ans en Russie, La paresse: véritable but de l´humanité :
"L'argent n'est rien d'autre qu'un petit morceau de paresse. Plus on en a, plus on peut goûter en abondance aux délices de la paresse. (...) Le capitalisme organise le travail de telle sorte, que l'accès à la paresse n'est pas le même pour tous. Seul peut y goûter celui qui détient du capital. Ainsi, la classe des capitalistes s'est-elle libérée de ce travail dont toute l'humanité doit maintenant se libérer."

Si le chômeur est malheureux, ce n'est pas parce qu'il n'a pas de travail, mais parce qu'il n'a pas d'argent. Ne disons donc plus: "demandeur d'emploi" mais: "demandeur d'argent", plus: "recherche active d'un emploi", mais: "recherche active d'argent". Les choses seront plus claires. Comme on va le voir, le Chômeur Heureux cherche à combler ce manque par la recherche de ressources obscures.

Comptez au total combien d'argent les contribuables et les entreprises consacrent officiellement "au chômage", et divisez par le nombre de chômeurs: Hein? ça fait sacrément plus que nos chèques de fin de mois, pas vrai? Cet argent n'est pas principalement investi dans le bien-être des chômeurs, mais dans leur contrôle chicanier, au moyen de convocations sans objet, de soi-disant stages de formation-insertion-perfectionnement qui viennent d'on ne sait où et ne mènent nulle part, de pseudo-travaux pour de pseudo-salaires, simplement afin de baisser artificiellement le taux de chômage. Simplement, donc, pour maintenir l'apparence d'une chimère économique.
Notre première proposition est immédiatement applicable: suppression de toutes les mesures de contrôle contre les chômeurs, fermeture de toutes les agences et officines de flicage, manipulation statistique et propagande (ce serait notre contribu-tion aux restrictions budgétaires en cours), et versement automatique et inconditionnel des allocations augmentées des sommes ainsi épargnées.
Le nouveau délire conservateur reproche aux chômeurs de se complaire dans l'assistance, de vivre aux crochets de l'Etat et patati et patata. Bon, pour autant que l'on sache, l'Etat existe toujours, et encaisse des impôts, c'est pourquoi nous ne voyons pas en quel honneur nous devrions renoncer à son soutien financier. Mais nous ne sommes pas polarisés sur l'Etat. Nous ne verrions aucun inconvénient à un financement venant du secteur privé, que ce soit sous la forme du sponsoring, de l'adoption, d'une taxe sur les revenus du capital, ou du racket. On n'est pas regardants.

Si le chômeur est malheureux, c'est aussi parce que le travail est la seule valeur sociale qu'il connaisse. Il n'a plus rien à faire, il s'ennuie, il ne connait plus personne, parce que le travail est souvent le seul lien social disponible. La chose vaut aussi pour les retraités d'ailleurs. Il est bien clair que la cause d'une telle misère existentielle est à chercher dans le travail, et non dans le chômage en lui-même. Même lorsqu'il ne fait rien de spécial, le Chômeur Heureux crée de nouvelles valeurs sociales. Il développe des contacts avec tout un tas de gens sympathiques. Il est même prêt à animer des stages de resocialisation pour travailleurs licenciés.
Car tous les chômeurs disposent en tout cas d'une chose inestimable : du temps. Voilà qui pourrait constituer une chance historique, la possibilité de mener une vie pleine de sens, de joie et de raison. On peut définir notre but comme une reconquête du temps. Nous sommes donc tout sauf inactifs, alors que la soi-disant "population active" ne peut qu'obéir passivement au destin et aux ordres de ses supérieurs hiérar-chiques. Et c'est bien parce que nous sommes actifs que nous n'avons pas le temps de travailler.
"Je ne voulais pas que ma vie soit réglée d'avance ou décidée par d'autres. Si, à six heures du matin, j'avais envie de faire l'amour, je voulais prendre le temps de le faire sans regarder ma montre. Je voulais vivre sans heure, considérant que la première contrainte de l'homme a vu le jour à l'instant où il s'est mis à calculer le temps. Toutes les phrases usuelles de la vie courante me résonnaient dans la tête : Pas le temps de...! Arriver à temps...! Gagner du temps...! Perdre son temps...! Moi, je voulais avoir "le temps de vivre" et la seule façon d'y arriver était de ne pas en être l'esclave. Je savais l'irrationalisme de ma théorie, qui était inapplicable pour fonder une société. Mais qu'était-elle, cette société, avec ses beaux principes et ses lois?"
Ces mots sont de Jacques Mesrine.

Le cimetière de la morale

On nous a aussi rétorqué que le Chômeur Heureux n'est sans-travail qu'au sens actuel du mot "travail", c'est à dire "travail salarié". Il nous faut ici expressément indiquer que si le Chômeur Heureux ne cherche pas de travail salarié, il ne cherche pas non plus de travail d'esclave. Et pour autant que l'on sache, il n'existe que deux modes de travail : le salariat et l'esclavage. Certes, il existe aussi des étudiants, des artistes et autres fanfarons qui ne peuvent écrire le moindre papier ou lapper la moindre écuelle sans prétendre se livrer là à un important "travail". Même les soi-disant "autonomes" ne peuvent organiser de "séminaires" anticapitalistes sans mener des "débats productifs" au sein de "groupes de travail". Misérables mots, misérables pensées.
Ce n'est pas d'aujourd'hui que "travail" est un mot empreint de malheur. "Arbeit" est probablement formé sur un verbe germanique disparu qui avait pour sens "être orphelin, être un enfant utilisé pour une tâche corporelle rude", verbe lui-même issu de l'Indo-Européen "Orbhos", orphelin. Jusqu'au Haut-Allemand moderne, "Arbeit" signifiait "peine, tourment, activité indigne" (dans ce sens, Chômeur Heureux est donc un pléonasme). Dans les langues romanes, la chose est encore plus claire, puisque "travail", "trabajo" etc. vient du latin "tripalium" un instrument de torture à trois piques qui était utilisé contre les esclaves.
C'est Luther qui le premier a promu le mot "Arbeit" comme valeur spirituelle, prédestination de l'homme dans le monde. Citation :
"L'homme est né pour travailler comme l'oiseau pour voler"
On pourrait nous répondre que cette querelle de mots est sans importance. Mais le fait de confondre "boisson" avec "coca-cola", "culture" avec "Bernard Henry Gluckskraut" ou "activité" avec "travail" ne saurait rester sans conséquences graves.

Dès qu'il est question de travail ou de chômage, on a affaire à des catégories morales. Et la tendance va en s'accentuant, il suffit d'ouvrir un journal pour s'en rendre compte :
"Une conception du monde l'a emporté sur une autre" déclare un expert de Washington. "Au lieu de considérer que la pauvreté a des causes économiques, la nouvelle école de pensée qui domine à présent voit dans la pauvreté le résultat d'un comportement moral mauvais"
Comme du temps où les curés voyaient leurs monopole sur les âmes en danger, la morale est ici une tentative de combler la fissure grandis-sante entre la réalité et son image idéologique. Qui dit au chômeur : "tu as péché" attend de celui-ci, ou bien qu'il fasse pénitence, ou bien qu'il se justifie de sa vertu. Dans les deux cas, il aura reconnu l'existence du péché. Les tentatives pleurnichardes de certains chômeurs pour provoquer la pitié de ce monde ne peuvent aboutir, au mieux, qu'à provoquer la pitié. Ce n'est que le rire sublime qui peut désarçonner la morale pour de bon.

Il est clair que Paul Lafargue, l'auteur du Droit à la paresse, est un des inspirateurs historiques des Chômeurs Heureux :
"Les économistes s'en vont répéter aux ouvriers: travaillez, pour augmenter la richesse nationale! Et cependant un économiste, Destutt de Tracy, répond: 'les nations pauvres, c'est là où le peuple est à son aise ; les nations riches, c'est là où il est ordinairement pauvre'. Mais assourdis et idiotisés par leurs propres hurlements, les économistes de répondre : 'Travaillez, travaillez toujours pour créer votre bien-être! (...) Travaillez pour que, devenant plus pauvres, vous ayez plus de raisons de travailler et d'être misérables"
Pourtant, nous ne faisons pas nôtre la revendication d'un droit à la paresse. La paresse n'est que le contraire de l'assiduité. Là où le travail n'est pas reconnu, la paresse ne peut l'être non plus. Pas de vice sans vertu (et vice versa). Depuis l'époque de Lafargue, il est devenu clair que le soi-disant "temps libre" accordé aux travailleurs est la plupart du temps plus ennuyeux encore que le travail lui-même. Qui voudrait vivre de télé, de jeux interpassifs et de Club Merd? La question n'est donc pas simplement, comme pouvait encore le croire Lafargue, de réduire le temps de travail pour aug-menter le "temps libre". Ceci dit, nous nous solidarisons totalement avec ces travailleurs espagnols à qui l'on avait voulu interdire la sieste sous prétexte d'adaptation au marché européen, et qui avaient répondu qu'au contraire, c'était à l'Union Européenne d'adopter "l'Euro-Sieste".
Que ceci soit clair: le Chômeur Heureux ne soutient pas les partisans du partage du temps de travail, pour lesquels tout serait pour le mieux si chacun travaillait, mais 5, 3 ou même 2 heures par jour. Qu'est-ce que c'est que ce saucissonnage? Est-ce que je regarde le temps que je mets à préparer un repas pour mes amis? Est-ce que je limite le temps que je passe à écrire ce putain de texte? Est-ce que l'on compte, quand on aime?

Mais le Chômage Heureux ne représente pas pour autant une nouvelle utopie. Utopie veut dire: "lieu qui n'existe pas". L'utopiste dresse au millimètre les plans d'une construction supposée idéale, et attend que le monde vienne se couler dans ce moule. Le Chômeur Heureux, lui, serait plutôt un "topiste", il bricole et expérimente à partir de lieux et d'objets qui sont à portée de main. Il ne construit pas de système, mais cherche toutes les occasions et possibilités d'améliorer son environnement.
Un honorable correspondant nous écrit:
"S'agit-il pour les Chômeurs Heureux de gagner une reconnaissance sociale avec le financement sans conditions qui va avec, ou bien est-il question de subvertir le système au moyen d'action illégales, comme ne pas payer l'électricité?1 Le lien entre ces deux stratégies ne parait pas vraiment logique. Je peux difficilement chercher à être accepté socialement et en même temps prôner l'illégalité:"
Bon. Le Chômeur Heureux n'est pas un fanatique de l'illégalité. Dans ses efforts pour faire le Bien, il est même prêt, s'il le faut, à recourir à des moyens légaux. D'ailleurs, les crimes de jadis sont les droits d'aujourd'hui (que l'on pense au droit de grève), et peuvent toujours redevenir des crimes. Mais surtout: nous cherchons la reconnais-sance sociale. Nous ne nous adressons pas à l'Etat ni aux organismes officiels, mais à Monsieur Tout-le-monde.

Nous entendons d'ici le choeur des théoriciens de la lutte des classes:
"Ceci n'est qu'une soupape pour le système, par laquelle des sédiments prolétariens sans travail sont maintenus dans une niche illusoire afin d'utiliser les fonctions vitales qui leur restent pour atténuer les contradictions du capitalisme. Les Chômeurs Heureux s'amusent, et pendant ce temps la bourgeoisie extrait la plus-value sans rencontrer de résistances. Trahison! Trahison!"
Chaque pas concret, et même le simple fait de respirer, peut être dénigré comme tentative d'adaptation à ce monde (et c'est bien de la possibilité de respirer dont il est question ici). La critique sociale la plus acerbe ne peut être d'un grand secours, tant que sa conclusion pratique se limite à un wait and see.
Nous savons bien que notre tentative peut échouer de diverses façons. Ça peut par exemple tourner à la gaudriole, une plaisanterie sans conséquences. L'idée de départ peut aussi se trouver ensevelie sous des tonnes de sérieux bétonné Il pourrait aussi arriver qu'un groupe de Chômeurs Heureux rencontre tant de succès qu'ils se trouveraient transformés en Businessmen Heureux, sans plus de liens avec leur milieu d'origine. Ce sont des risques, ce n'est pas une fatalité. Nous nous chargeons du coup d'envoi, il ne dépend pas que de nous que la balle arrive au but.

De l'avantage d'être exclu

Il existe en ce moment divers mouvements et initiatives contre les mesures d'austérité, contre le chômage, contre le néo-libéralisme etc. Mais la question est aussi : pour quoi doit-on se prononcer? En tout cas, pas pour l'Etat Providence et le plein-emploi de naguère, qui ont de toute façon autant de chance d'être réintroduits que la locomotive à vapeur. Mais ce qui nous pend au nez pourrait être bien pire encore. Il n'est pas inimaginable que soit concédée aux chômeurs la possibilité de cultiver leurs légumes et d'improviser leurs relations sociales sur les terrains vagues et dépotoirs de la postmodernité, surveillés à distance par la police électronique et livrés à quelque mafia, pendant que la minorité aisée pourrait continuer de fonctionner sans ennuis. Les Chômeurs Heureux cherchent un passage pour sortir de cette alternative de la terreur. C'est une question de principe.

Un autre mot galvaudé par la propagande est le mot "exclusion". Les chômeurs seraient exclus de la société, et les bonnes âmes plaident pour leur réintégration. Exclus de quoi exacte-ment? Un humaniste de l'UNESCO en donna la réponse sans équivoque au "sommet social" de Copenhague:
"Le premier pas de l'intégration sociale consiste à se faire exploiter".
Merci pour l'invitation!
Il y a trois siècles, les croquants levaient les yeux avec envie vers le château du seigneur; c'est avec raison qu'ils se sentaient exclus de ses riches-ses, ses nobles loisirs, ses artistes de cour et courtisanes. Mais qui aujourd'hui voudrait vivre comme un cadre sup stressé, qui aurait envie de se bourrer le crâne de ses rangées de chiffres sans esprit, de baiser ses secrétaires blondasses, de boire son bordeaux falsifié, de crever de son infarctus? C'est de bon coeur que nous nous excluons de l'abstraction dominante ; c'est une autre sorte d'intégration que nous recherchons.

Dans les pays pauvres, des millions de gens vivent en marge des circuits de l'économie de marché. Chaque jour, les journaux rapportent la misère du dit "tiers-monde", une série déprimante de guerres, famines, dicta-tures et épdémies. Il ne faut pas perdre de vue pour autant que, conjointement à cette misère (essentiellement importée), existe une autre réalité: une vie sociale intense soutenue par des traditions et coutumes précapitalistes, en comparaison de laquelle les sociétés riches ont l'air moribondes. Dans ces pays, le travail de l'homme blanc est méprisé "parce qu'il ne finit jamais", à la différence, par exemple, de ces artisans somalis qui claquent les bénéfices de leur activité d'un coup, dans une grande fête annuelle. C'est une formule connue : L'aptitude des gens à la fête est inversement proportionnelle au Produit National Brut par tête.
"L'informel fait déjà la preuve que la solidarité est une forme de la richesse authentique. Mettre sa pauvreté en commun dans l'espoir d'obtenir l'abondance n'est pas irréaliste (...) Les pauvres sont beaucoup plus riches qu'on ne le dit, et qu'ils ne le croient eux-mêmes. L'incroyable joie de vivre qui frappe beaucoup d'observateurs des banlieues africaines trompe moins que les déprimantes évaluations objectives des appareils statistiques, qui ne cernent que la part occidentalisée de la richesse et de la pauvreté"
(S.Latouche, La planète des naufragés)
Il y a là bien sûr le danger, pour un Européen, de verser dans un exotisme facile. Toutefois, il suffit d'écouter ce que disent des immigrés eux-mêmes de la question, eux qui connaissent d'expérience les deux mon-des, pour se convaincre de l'avantage qu'a le Sud pauvre en matière de liens sociaux. Citons encore l'Egyptien Albert Cossery:
"Il avait l'air en ce moment de porter tous les chagrins de la terre. Mais ce n'était qu'un état qu'il s'imposait de temps en temps pour croire à sa dignité. Car El Kordi croyait que la dignité était seulement l'apanage du malheur et du désespoir. C'étaient ses lectures occidentales qui lui avaient ainsi troublé l'esprit."
(Mendiants et orgueilleux)

Les Chômeurs Heureux ont beaucoup à apprendre et à désapprendre de l'Afrique et des autres cultures non-occidentales. Il ne s'agit évidemment pas de singer ces pratiques ancestrales, comme les hippies de jadis, mais bien, sans vouloir copier l'original, d'y trouver une source d'inspiration rafraîchissante, un peu à la manière dont Picasso et les dadaistes s'étaient inspirés en leur temps de l'Art nègre.
Nous ne mentionnerons ici qu'un exemple. Il y a quelques années, des sociologues s'étaient penchés sur la manière de vivre des habitants du Grand Yoff, une des banlieues les plus déshéritées de Dakar. Ils établirent que les revenus d'une famille moyenne de douze personnes étaient sept fois supérieurs à leurs ressources officielles. Non que ces gens aient trouvé la formule miracle pour multiplier les billets de banques, mais ils savent augmenter l'effectivité des finances précaires, en en organisant la circulation intensive. Il est impossible de vivre en Afrique sans appartenir à une ethnie, un clan, une famille élargie, un cercle d'amis. A l'intérieur de chacun de ces réseaux, l'argent circule méthodiquement par un système précis, élaboré et impératif de cadeaux, dons, emprunts, remboursements, placements, droits à diverses tontines. Le fait que ces possibilités de tirage soient accumulées au sein de chaque famille permet à celle-ci d'avoir à tout moment accès à une somme d'argent sans commune mesure avec ses ressources officielles. Encore ces flux monétaires ne sont-ils qu'un aspect de "l'économie de la réciprocité", laquelle consiste aussi en échanges de services de réparation, entretien et installation, fabrication de chaussures et vêtements, préparation collective de repas, travail des métaux et d'ébénisterie, services de santé et d'éducation, sans oublier l'organisation de fêtes qui maintiennent la cohésion du groupe, toutes choses dans lesquelles l'argent ne joue aucun rôle. C'est la raison pour laquelle il est impossible de mesurer le "niveau de vie" de ces populations avec les critères et instruments de l'occident.

Imaginons un instant que ce système soit transposable ici : un RMIste disposerait alors de 11000 francs par mois(1500€) , ce qui certes ne résoudrait pas tous les problèmes, mais mettrait du beurre dans les épinards! Sans compter toutes les choses dont il profiterait, que l'argent ne peut acheter. La question classique, combien d'argent me faudrait-il pour bien vivre, est mal posée. Qui vit complètement isolé, en état d'apesanteur sociale, n'aura jamais assez de fric pour combler sa misère existentielle. Les RMIstes ici ont bien sûr ce gros handicap, qu'ils ne peuvent s'appuyer sur aucun clan, aucune coutume qui seraient déjà là. Il nous faut partir de zéro. Mais nous avons tout de même cet avantage, que nos conditions de vie ne sont pas (encore) si dramatiques et rudes qu'en Afrique.
Pour les Chômeurs Heureux s'ouvre ici un vaste champ expérimental, ce que nous nommons : la recherche de ressources obscures.

Comme vous l'aurez maintenant peut-être compris, notre loisir est ambitieux, théorique et pratique, sérieux et ludique, local et international (rien qu'en Europe, il y a déjà plus de 20 millions de Chômeurs Heureux virtuels!). Un jour, vous pourrez dire avec fierté : j'étais là dès le début.

1: Il est fait probablement ici allusion au "Frein bloquant TEZLA pour compteurs électriques", une des inventions expérimentées par notre bureau d'études.

Die Glücklichen Arbeitslosen

foilà... ce "manifeste" date déjà de 15 ans ... c'est toujours d'actualité...

Voyons voir...

Belle tempête magnétique...

Hier il y avait du brouillard ici, mais ce matin non, et on remarque nettement que la luminosité du soleil est atténuée... Ca fait drôle.

kp8... Pas mal mais ça ne devrait pas suffir pour faire pleuvoir des satellites et griller l'electronique ...

Ici l'explication des indices kp (anglais, français)

lundi 26 septembre 2011

Here come the (next) rumor

ECB to form.. wait for it... a CDO SQUARED

Bon, je ne sais pas encore si c'est une plaisanterie....

Europe's Latest Rescue Deux Ex Machina: A CDO... SQUARED

Un CDO (pour collateralized debt obligation, en français : « obligation adossée à des actifs », rebaptisée Chernobyl Death Obligations par des plaisantins1) est une structure de titrisation d'actifs financiers de nature diverse. Il s'agit de titres représentatifs de portefeuilles de créances bancaires ou d'instruments financiers de nature variée. Au même titre que la titrisation et les dérivés de crédit, ces produits de finance structurés sont issus de montages complexes, répondant à différents besoins tels que réduire les coûts de refinancement, exploiter des opportunités d'arbitrage et surtout se défaire du risque de crédit. [...] Wiki

Ah ouais ca a l'air bien :0))

Collateralized debt obligation CDO: Generic term for a bond issued against a mixed pool of assets - There also exists CDO-squared (CDO^2) where the underlying assets are CDO tranches. Wiki

"Chernobyl Death Obligations" ... c'est dans l'air du temps, ya pas...

Plus tard ... Bonne nuit!

Pourquoi les valeurs bancaires remontent

Pour Tyler ;-)
Traduit de Deutsche MittelstandsNachrichten (26.9):

A l'encontre des affirmations insistantes venant de la finance française, les banques du pays ne peuvent plus continuer sans une aide de l'Etat.
De plus en plus d'investisseurs et analyses pensent que les banque fr. ont besoin de l'aide de l'Etat pour survivre. Le marché suppute des bailouts imminents, parce que le président de la banque de France Christian Noyer a dit ce weekend qu'un mécanisme introduit en 2008 pourrait servir dans un cas d'exception à aider les banques françaises.
Fin de traduction

Pour le DAX c'est pareil, les banques et assurances remontent parce qu'on spécule sur une aide de l'Etat.

Ca ne durera pas! On en est là, baisse générale, et la moindre petite rumeur produit un petit feu de paille...Les marchés oscillent dans leur chute entre rumeur et démenti.
Comment voulez vous faire des prognostiques à long ou même à moyen terme aujourd'hui??
C'est quoi votre "planning horizon" (c'est comment en fr?) personnel? Pour moi c'est de l'ordre de 2 heures ... maximum.

Pareil pour le fond de stabilité, c'est nimporte quoi:

Eurozone Bailout Numbers Go Stratospheric From €440 billion to €4 Trillion
Monday, September 26, 2011
Yo-yoing markets mask the ongoing cluelessness in the Eurozone where guesstimates about the size of the European Financial Stability Fund (EFSF) have long gone stratospheric. [...] The prudent Investor

Evidemment que ça ne passera pas, j'ai déjà expliqué en long et en travers pourquoi ...

BERLIN - Le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble a déclaré lundi que les Européens n'avaient pas l'intention de renflouer le fonds de secours de la zone euro, le FESF, alors qu'une discussion sur un nouveau renforcement fait rage en Europe. [...] Romandie News

On doit faire de la transmission de pensée! ZeroHedge, à l'instant:
Time for the next rumor

Pour ceux qui ont envie de tout casser

58 cm x 47 cm, energie 86 lbs (40 kg), portée 79 mètres, tire des billes de plombs de 6 mm à 206 km/h, soit 57 m/s. 85 EUR

Pour les lampadaires devant les banques, les pots de fleurs audessus des banques, les vitres et les vitrines des banques, les bagnoles de banquiers...

Ou encore plus simple

Ooooh la belle jaune ...

<- Les poissons commencent à être nerveux là à gauche... y'en a déjà un qui essaye d'allumer une clope....C'est con un poisson ...

La NASA a honte.... ils ont changé le titre de leur article: Sunspot 1302 Continues to Turn Toward Earth
Elle n'est plus ni "big" ni "bad", c'est plus qu'une gentille tatache à sa mémère...

Oooooh la belle bleue ...

15:34 (heure de Berlin)
16:03.... Ca s'en va déjà... C'est ça leur "strong flare"?? On réclame? C'est pas encore ça qui va faire péter la planète hein. Heureusement qu'y a Haarp pour passer derrière...

MDR: La Bourse de Paris cédait du terrain lundi après-midi, dans le sillage d'une ouverture assez terne de Wall Street et d'un mauvais indicateur sur l'immobilier américain, toujours à l'affût d'éventuelles annonces sur la crise de la dette. [...] Boursorama

C'est le jour des pétards mouillés...

C'est gros, c'est mauvais et ca va nous tomber dessus

(non c'est pas Merkel)

Tout le monde a ses stocks de bougies? ;-)

Sunspot 1302: It's Big. It's Bad. And It's Coming Our Way NASA

Behemoth sunspot 1302 unleashed another strong flare on Saturday morning--an X1.9-category blast at 5:40 am EDT. NASA's Solar Dynamics Observatory (SDO) recorded the extreme ultraviolet flash.

The movie (above) also shows a shadowy shock wave racing away from the blast site. This is a sign that the blast produced a coronal mass ejection (CME) that could deliver a glancing blow to Earth's magnetic field on Sept. 26.

Since the X1.9-flare, active region (AR) 1302 has unleashed M8.6 and M7.4 flares on Sept. 24 and an M8.8 flare early on Sept. 25. None of the blasts have been squarely Earth-directed, but this could change as the sunspot turns toward our planet in the days ahead. AR1302 is growing and shows no immediate signs of quieting down.

Disneyland veut "sauver" Euroland

Excellent article du Telegraph (25.9.11), ici en entier....
Les marchés ont l'air d'y croire.... pas moi! (Geithner non plus, à mon avis)
Ils espèrent encore gagner une semaine??

La Bourse de Paris accélérait sa progression lundi à la mi-journée, soutenue par l'envolée du secteur bancaire, alors que des rumeurs évoquent une recapitalisation de certains établissements et qu'une semaine cruciale s'ouvre pour tenter d'avancer dans le dossier de la dette. Boursorama

Geithner Plan for Europe is last chance to avoid global catastrophe

Europe, the G20, and the global authorities have one last chance to contain the EMU debt crisis with a nuclear solution or abdicate responsibility and watch as the world slides into depression, endangering the benign but fragile order that has taken shape over the last three decades.

The threat of cascading default, bank runs, and catastrophic risk must be taken off the table," said US Treasury Secretary Tim Geithner over the weekend.

"Sovereign and banking stresses in Europe are the most serious risk now confronting the world economy. Decisions cannot wait until the crisis gets more severe."

Euroland's dysfunctional arrangements are no longer a local affair. As the European Central Bank's Jean-Claude Trichet said in Washington, EMU is at the epicentre of a global sovereign debt crisis that risks engulfing all, and is more intractable than 2008 because governments themselves are now crippled.

China, India, Brazil and the world's rising powers will not escape lightly this time if leaders let events spiral out of control. European banks have lent $3.4 trillion to emerging markets (BIS data), or three quarters of external loans to these countries.

The International Monetary Fund warned last week that emerging markets face the risk of "sharp reversals" or even a "sudden stop" if there is further spill-over from Europe. This comes at a time when Asia and parts of Latin America are already in the topping phase of a credit boom, one of epic proportions in China where loans have doubled to almost 200pc of GDP over the last five years.

Warning signs have been flashing red for the last three weeks. Shares of China's top property developer Greentown have crashed by a third this month. The currencies of Indonesia, Brazil, Korea, South Africa, and Hungary have all buckled, and central banks have begun intervening to stop the slide. "A continued flight from risk raises the growing possibility of investor capitulation in emerging markets," said Neil Mellor from BNY Mellon.

The reserve powers would be well advised to pull out all the stops to save Europe and its banking system. Together they hold $10 trillion in foreign bonds. If they agreed to rotate just 4pc of these holdings ($400bn) into Spanish, Italian, and Belgian debt over the next two years, they could offer a soothing balm. None has yet risen to the challenge. It is `sauve qui peut', with no evidence of G20 leadership in sight.

Once again, the US has had to take charge. The multi-trillion package now taking shape for Euroland was largely concocted in Washington, in cahoots with the European Commission, and is being imposed on Germany by the full force of American diplomacy.

It is an ugly and twisted set of proposals, devised to accommodate Berlin's refusal to accept fiscal union, Eurobonds, and an EU treasury. But at least it is big.

The EU's €440bn bail-out fund (EFSF) will be "leveraged" from €440bn to €2 trillion to cope with Italy and Spain. The fund will assume an "equity" stake of 20pc or so in holdings of EMU debt, supported by loans of 80pc from the European Central Bank.

Commercial banks that cannot raise money from Mid-East wealth funds will be seized by the state, partly or fully, or be recapitalized by the EFSF. This should leave them strong enough to absorb a 50pc default imposed on Greece, and potential knock-on defaults in Portugal and Ireland.

Or at least, that is the idea. We will see how the Bundestag reacts this week. It has not even voted on the July deal to boost the powers of the EFSF, itself a furiously contested plan that may provoke a 30-strong rebellion within Chancellor Angela Merkel's own coalition. German lawmakers now learn that implicit liabilities may be five times as big.

"We should not think of leveraging a public pot of funds as a free lunch," said

Ireland's central bank governor Patrick Honohan. Indeed not. The details of this financial engineering have a familiar ring to those who remember the `CDOs' and other instruments of structured disguise before the subprime debacle. The bill comes due.

We will see too whether France is willing to swallow national pride and confront its own financial elite. Christian Noyer, the Bank of France's governor, denied on Sunday that French officials were mulling a capital injection of up to €15bn to beef up banks.

"There is no plan, and we don't need one. The banks are very solid. None of them is hiding any toxic assets," he said.

What is the point of uttering such rubbish? The markets know this is untrue, and so does the IMF. It is an almost surreal refusal to recognize that investors are - for good reasons - terrified about French bank exposure to Italian sovereign debt. Mr Noyer encapsulates the mixture of stubborness and amour propre now threatening the world with disaster, and which is so like the French reflex as everything collapsed in mid-1931. Funny how they never change.

Even if the €2 trillion "Geithner Plan" does get off the ground, it can do no more than buy time - not to be sneezed at, for sure. The root of the euro crisis is a 30pc intra-EMU currency misalignment between North and South. That structural flaw cannot be solved with debt guarantees or bank rescues.

Nor can this gap in competitiveness be bridged by austerity alone, by pushing Club Med deeper into debt-deflation and perma-slump. Such a strategy must slowly eat away at Italian and Spanish society, undercutting the whole purpose of the EU Project. It would ultimately risk trapping them in a debt spiral aswell, leading to collosal losses for Germany in the end.

The Geithner Plan must be accompanied by a monetary blitz, since the fiscal card is largely exhausted and Germany refuses to lower its savings rate to rebalance the EMU system. The only plausible option is for the ECB to let rip with unsterilized bond purchases on a mass scale, with a treaty change in the bank's mandate to target jobs and growth.

This would weaken the euro, giving a lifeline to southern manufacturers competing with China. It would engineer an inflationary mini-boom in Germany, forcing up relative German costs within EMU. That would be the beginning of a solution, albeit a bad one.

Sorry Deutschland. History has conspired against you, again. You must sign away €2 trillion, and debauch your central bank, and accept 5pc inflation, or be blamed for Götterdämmerung. It is not fair but that is what monetary union always meant. Didn't they tell you?